Recherche (72 produits)

Prix

10€ - 75€

Occasion

Accords

Style du vin

Régions

Vignerons

Appellation

Cépage

Contenance

0 L - 1 L

Millésimes

2007 - 2017

Bio

Marques

  • Antico Broilo

    Antico Broilo

    Dire que la famille Durì est éprise de sa terre et de la nature serait un euphémisme. Giovanni, Patrizia et Massimo considèrent leurs 6 hectares de vigne comme leur jardin, qu’ils travaillent en agriculture raisonnée. Ils sont d’ailleurs très fiers de constater que beaucoup d’oiseaux ont choisi de nidifier dans les ceps.

    Présents depuis cinq générations dans la localité de Prepotto, terrain propice à la culture des cépages rouges autochtones frioulans, les Durì mettent du cœur à l’ouvrage pour produire des vins de qualité, qui reflètent la typicité de ce terroir.

  • Antonella Pacchiarotti

    Antonella Pacchiarotti

    L’exploitation agricole Antonella Pacchiarotti, créée en 1988, reflète le caractère féminin du cépage Aleatico et d’une activité agricole, tous deux considérés comme majoritairement masculins.

    L’entreprise se caractérise par ses vignes qui surplombent, à une altitude d’environ 500 mètres, le lac de Bolsena et par son chai datant du XVIIème siècle et récemment rénové. Grâce à leur position plein sud, les vignes produisent des raisins Aleatico, qu’Antonella décline avec fierté et passion en variantes de vin rouge, blanc et doux.

  • Audarya

    Audarya

    La philosophie de l'entreprise vitivinicole Audarya est magnifiquement gravée dans son nom, à la fois toponyme de l'une de leurs parcelles et - pure coïncidence - le terme sanscrit désignant la "noblesse d'âme".

    La famille Pala est connue depuis trois générations dans la localité de Serdiana (près de Cagliari, au sud de l'île) où elle a activement contribué au développement de la viticulture de qualité. Le flambeau a été repris avec succès par Salvatore et Nicoletta, soutenus dans leurs efforts par leur père Enrico.

  • Barbaglia

    Barbaglia

    Silvia Barbaglia est la digne héritière du chai de famille, dans la localité de Cavallirio, au coeur de la région du Boca (Haut Piémont).

    Créé en 1969, le territoire du Boca comptait plusieurs centaines d’hectares. Aujourd’hui, seuls 11 vignerons en cultivent encore quelques dizaines d’hectares. Née de l’explosion d’un supervolcan, il y a plusieurs millions d’années, la zone d’appellation du Boca recouvre celle de la caldera, désormais à ciel ouvert. Ceci explique que son sol soit extrêmement riche en minéraux, notamment grâce aux colonnes de porphyre rose qui confère aux vins une minéralité saillante, légèrement saline. De plus, l’acidité accrue du terrain offre une grande fraîcheur et assure la pérennité des vins.

    C’est encore avant la création de la zone d’appellation que Mario Barbaglia fonde son chai, en 1946, et parcourt la région à bicyclette pour faire connaître ses vins. Plus de 70 ans plus tard, Sergio et sa fille Silvia ont repris les rênes de l’ « Antico Borgo dei Cavalli » et parcourent le monde pour, à leur tour, présenter les produits d’aujourd’hui.

    Avec 3 hectares de vignes et une production annuelle de 25.000 bouteilles, Silvia est très appréciée dans la région et respectée par ses pairs. Les maîtres mots de leur passion sont précision, dévouement et méticulosité.

  • Bingiateris

    Bingiateris

    Bingiateris - autrement dit " vignerons ", en langue sarde, est la jolie réalité créée par sept amis, réunis par leur passion du bon vin. Située à Ortueri, une petite localité de la zone d'appellation Mandrolisai, au centre de la Sardaigne, l'entreprise se concentre sur des cépages rouges autochtones, dont principalement le Bovale et le Cannonau.

  • Borgo Conventi

    Borgo Conventi

    Fondé en 1975, le domaine Borgo Conventi est baptisé d’après les nombreux couvents qui se trouvaient dans les alentours. Le souhait de la famille Folonari, aux commandes de l’exploitation, est de produire des vins de grande qualité exprimant pleinement l’identité géographique de la région, tout en restant élégants et équilibrés.

  • Brunnenhof

    Brunnenhof

    En 1999, Johanna et Kurt Rottensteiner transférèrent l’exploitation familiale, active depuis plus d’un siècle dans la ville de Bolzano, vers le plateau de Mazzon, réputé comme terreau de prédilection pour la culture du Pinot Noir dans le Haut Adige. Aidés par leurs enfants Johan et Eva, ils optèrent pour la viticulture biologique et réhabilitèrent un ancien mas, aujourd’hui entouré de leurs 2,6 hectares de vigne. Attachés à leur terre et à cette vie dictée par la nature, ils sont parvenus à hisser leurs vins parmi les plus qualitatifs de la région.

  • Cantine Bregante

    Cantine Bregante

    L’histoire des Cantine Bregante incarne parfaitement la symbiose entre les vins de Ligurie et la mer. En 1876, Bartolomeo Bregante embarque des tonneaux de vin de la région à bord de sa petite flotte de voiliers et longe le littoral de la Méditerranée centrale. On disait alors de ce vin qu’il était « navigué ».

    De commerçants, les descendants de la famille Bregante se sont ensuite convertis en vignerons, étageant leurs vignes sur les terrasses qui surplombent le Golfe du Tigullio.

    Simona Bregante a aujourd’hui repris le flambeau familial, accompagnée de son époux Sergio Sanguineti. Ensemble, ils ont à cœur de produire des vins de qualité à partir de cépages traditionnels.

  • Carpante

    Carpante

    C'est en 2003 qu'Antonietta et Damiano Carpante reprennent les rênes de l'entreprise familiale, sous l'égide de leur père Giorgino.

    Installés au nord-ouest de la Sardaigne, dans la province de Sassari, ils cultivent également depuis peu le cépage Carignano sur l'île de Sant'Antioco, au sud-ouest de la Sardaigne, où la belle-famille d'Antonietta possédait également quelques vignes.

  • Casale Marchese

    Casale Marchese

    La famille Carletti, dont les couleurs sont aujourd’hui portées par les frères Alessandro et Ferdinando, est aux commandes du Casale Marchese depuis environ deux siècles. Leur magnifique demeure est bâtie à l’emplacement de deux anciennes citernes romaines et a notamment été citée dans une bulle papale de mai 1301.

    Situé sur les collines des « Castelli Romani » qui entourent la ville de Rome et offrant un panorama somptueux sur la capitale, le Casale est lové au cœur de la zone d’appellation Frascati DOCG, un territoire d’origine volcanique.

  • Cascina Morassino

    Cascina Morassino

    Le patronyme Bianco est associé à la production de Barbaresco depuis l’année 1870. Plus d’un siècle plus tard, en 1984, les frères à la tête de l’Azienda Agricola Figli Bianco se séparent. Mauro, descendant de la quatrième génération, et son fils Roberto fondent la Cascina Morassino en reprenant le chai de vinification historique.

    Aujourd’hui, Roberto prend le plus grand soin de ses 4,5 hectares de vignes réparties en 2 crus, au cœur de la zone de l’appellation Barbaresco.

  • Coletti Conti

    Coletti Conti

    L’honorable famille Conti peut se vanter d’avoir légué quatre pontifes majeurs à l’histoire de l’église catholique. Leur antique exploitation familiale se situe au cœur de « La Caetanella » et suit une philosophie productive qui réduit les interventions au strict minimum.

    Bien que jouissant d’une belle renommée, le propriétaire actuel, Antonello Coletti Conti, continue avec modestie ses expérimentations sur le Cesanese afin de fournir aux œnophiles des vins toujours plus savoureux.

  • De Quarto

    De Quarto

    S'il fallait ne choisir que deux mots pour décrire la réalité des De Quarto, cela serait " Grèce " et " nature ".

    Grèce, car, outre leur métier de vitiviniculteurs, Antonio et sa fille Roberta sont d'ardents défenseurs de l'héritage grec dans la péninsule du Salento. Ils sont notamment à la base de projets culturels de vulgarisation de l'histoire hellénique de cette partie des Pouilles. Nature, aussi, car ils ont opté pour une viticulture biologique et des méthodes de vinification spontanée. Des vins naturels, empreints de culture : autant de merveilles qu'ils nous offrent de découvrir.

  • Dino Abbo

    Dino Abbo

    C’est dans un ancien petit bourg de la province d’Imperia, sur la Riviera di Ponente, que Dino Abbo prend soin de ses 6.500 oliviers, aidé par son épouse et sa fille. Une petite réalité agricole touchante, enracinée dans un paysage magnifique et porté par l’amour de la terre. Leur travail décline toutes les tonalités de l’olive Taggiasca : l’olive en saumure, la fleur d’huile d’olive et la tapenade.

    La culture des olives en Ligurie suit à peu près le parcours de celle de la vigne. Les premières traces de commerce d’huile remontent aux Grecs phocéens qui avaient établi des comptoirs à Marseille et à Nice, proches de la Ligurie. C’est ensuite avec les premières colonies romaines, dont celle de Luni, aux confins avec la Toscane, que se développa peu à peu la culture à proprement parler de ce fruit dont les ordres religieux, bénédictins et cisterciens en particulier, s’employèrent à sélectionner les meilleurs cultivars. Ce sont d’ailleurs des moines bénédictins, qui la cultivaient dans la petite localité de Taggia, sur la Riviera di Ponente, qui lui donnèrent ce nom, au XIIème siècle.

    Le véritable miracle de l’huile d’olive se produisit entre les XVème et XIXème siècles. Depuis le port de Gênes, l’huile s’exporte jusqu’en Europe du Nord où elle est utilisée pour la confection de savons, pour les lampes, mais surtout aussi pour la fabrication de textiles. On transforme alors les moulins à grain en moulins à huile et le paysage de la région prend les formes qu’on lui connait aujourd’hui : une magnifique enfilade de terrasses d’oliviers et de vignes.

     

    L’olive Taggiasca s’est imposée au fil des siècles comme la variété de prédilection en Ligurie, au point de recevoir l’appellation Riviera Ligure DOP (D’Origine Protégée) et d’être incorporée dans de nombreuses recettes traditionnelles. Elle se caractérise par des fruits de petite dimension, d’une couleur allant du rouge foncé au marron. Son goût est très délicat, fruité et doux et son huile, de couleur jaune, présente un niveau très bas d’acidité, ce qui en fait l’une des huiles les plus réputées au monde.

  • Dorigo

    Dorigo

    Alessio Dorigo est un homme passionné. Par le vin, par la vie, par son épouse. Œnologue de formation, il a repris le flambeau du domaine familial en 2012, transmis par son père qui lui a également légué une très grande connaissance des techniques vinicoles françaises. C’est désormais suivant la devise «Vignerons en liberté » qu’Alessio Dorigo œuvre à trouver un juste équilibre entre tradition, histoire et technologie. Ses vins rendent justice à son obsession pour la qualité.

  • Dri Il Roncat

    Dri Il Roncat

    L’histoire de la famille Dri est celle du dévouement et d’une foi immense en la nature. Le père de Giovanni s’était sacrifié pour qu’il suive des études et trouve un emploi stable. Mais à son décès, en 1968, l’appel de la vigne fut irrésistible et Giovanni reprit en main l’exploitation familiale. Il baptisa du nom de son village, Ramandolo, le vin doux produit à partir du cépage Verduzzo cultivé en colline par ses aïeux. Ce faisant, il témoignait de l’amour inébranlable qu’il portait pour sa terre, alors que le terrible tremblement de terre de 1976 terrassait la région.

    Reconnu comme un grand Monsieur du vin frioulan, on lui doit la sauvegarde de nombreuses variétés autochtones oubliées. Aujourd’hui, c’est aidé des trois femmes de sa vie - son épouse et ses deux filles - qu’il continue de cultiver avec ferveur le mouchoir de terre hérité de son père.

  • Ermacora

    Ermacora

    Les frères Dario et Luciano Ermacora sont à la tête du chai acquis par leur aïeul Antonio en 1922 et qui comprenait alors d’autres activités agricoles. Reprise par le fils Marino après la seconde guerre mondiale, elle est uniquement vouée à la production de vin depuis les années 70, participant au renouveau du vin italien de qualité.

    Passionné par la terre, Dario défend aujourd’hui les agriculteurs en présidant la branche frioulane de l’association professionnelle Coldiretti.

  • Giraudi

    Giraudi

    Né près d’Alessandria au début du XXème siècle, l’atelier Giraudi est devenu synonyme d’artisanat de très haute qualité. Dans les années 80, Giacomo Baudi, neveu du fondateur Giovan Battista Giraudi, chocolatier, mais aussi neveu de Paolino Boidi, pâtissier, reprend les rênes de l’entreprise en unissant ces deux héritages gastronomiques. Des fameuses pralines gianduiotti aux biscuits baciut, l’atelier élabore diverses spécialités piémontaises à partir d’ingrédients raffinés.

  • Guglierame

    Guglierame

    Le cépage Ormeasco coule dans les veines des frères Raffaele et Agostino Guglierame. Descendants des Marquis de Clavesana, à qui l’on doit la culture de l’Ormeasco dans la région dès le XIVème siècle, les Guglierame reçoivent les visiteurs de leurs 2,5 hectares de vigne dans le magnifique château médiéval de Pornassio qui abrite, aujourd’hui encore, le chai de la propriété. Amoureux de leur territoire et de son histoire, leur production est consacrée au seul cépage Ormeasco, décliné en divers types de vinification.

  • Hofstätter

    Hofstätter

    Le nom de Hofstätter est synonyme de viticulture de qualité dans le Haut Adige. Lovée dans la magnifique localité de Termeno (« Tramin », en allemand, qui aurait donné son nom au cépage Traminer), la tenuta est une imposante bâtisse du XVIème siècle, autrefois poste-relais de l'Empire austro-hongrois. Josef Hofstätter y produisit ses premiers vins, avant que son neveu Konrad Oberhofer ne reprenne les rênes du domaine avec son épouse Louise, en 1942.

    En s'agrandissant, la maison Hofstätter ne perdit cependant pas la qualité de vue : elle fut au contraire la première cave de la région à vinifier séparément les raisins provenant de vignes différentes et à les mentionner sur les étiquettes. Une fierté pour le très sympathique Franz Oberhofer qui est aujourd'hui aux commandes de l'exploitation.

  • Il Mongetto

    Il Mongetto

    Les deux frères Santopietro, Carlo et Roberto, ont élu domicile à Dré Casté, une superbe demeure bourgeoise de la fin du XVIIIème siècle, surplombant les collines de Monferrato Casalese. Ils y commencèrent leur activité au début des années 80 en confectionnant des bocaux de préparations typiques de la région, selon les recettes de leur grand-mère Palmira. Aujourd’hui, Roberto est aux commandes de l’atelier, tandis que Carlo préfère travailler la vigne et goûter aux préparations de son frère.

  • La Cedraia

    La Cedraia

    Marco Cremonini a récemment finalisé la rénovation de la sublime demeure familiale du XVIIème siècle, construite en pisé, ainsi que des vignes l’entourant, qui étaient tombées dans l’oubli dans les années 60.

    Situé aux confins entre Piémont et Ligurie, le domaine La Cedraia comprend 1,5 hectare de vigne idéalement exposée au sud. Le vin qui y est produit est le premier Gavi reconnu comme issu de la viticulture durable.

  • La Pietra del Focolare

    La Pietra del Focolare

    C’est avec une gentillesse presque poétique que Laura Angelini et son époux Stefano Salvetti accueillent les visiteurs de leurs 7 hectares de terrain, répartis en treize vignes, sur les renommées collines de Luni qui séparent la Ligurie de la Toscane. Ils prirent la décision de se lancer dans l’aventure du vin en 1995, assis devant la cheminée de pierre qui donna son nom à leur entreprise : la pierre du foyer.

    À peine 30.000 bouteilles sont produites chaque année, à partir de six variétés – autochtones pour la plupart - rebaptisées avec bonté. L’« Augusto » (Vermentino Superiore) est un hommage à Augusto Dazzi qui leur confia la gestion de sa vigne sans n’avoir jamais eu l’occasion de découvrir le vin qui en naquit.

  • Laura Aschero

    Laura Aschero

    Femme de poigne, Laura Aschero décida, à l’aube de ses 54 ans, en 1975, de réhabiliter les vignobles familiaux. Si son intention première était de trouver une occupation à son époux médecin, fraîchement pensionné, et de vendre les raisins aux agriculteurs locaux, il ne fallut pas longtemps avant que Laura décide de s’essayer elle-même à la vinification.

    La pomme ne tombant jamais loin de l’arbre, le fils Carlo a suivi les traces maternelles : employé de banque le jour, vigneron la nuit, il a modernisé la cave sise sous la place communale de Pontedassio. Et Bianca, la petite-fille de Laura, est d’ores-et-déjà prête à reprendre les rênes de l’entreprise familiale.

  • Lorenzo Negro

    Lorenzo Negro

    L’histoire de la maison Negro débute à l’aube du XXème siècle, quand Lorenzo, aidé par ses frères Domenico et Giovanni, chargeait son vin sur une charrette, qu’il partait vendre dans la région. Le frère Edoardo, charpentier, était également mis à contribution, puisqu’il fabriquait tonneaux et autres outils.

    Récemment, le petit-fils Lorenzo entreprit de rénover le chai installé par son père sur les hauteurs de Serra Lupini. En vigne, il s’essaie à de nouvelles techniques de viticulture biologique, telles l’introduction de nichoirs pour les oiseaux insectivores (à l’instar de la mésange bleue) ou l’utilisation de l’argile pour le traitement de la vigne.

  • Luigi Pira

    Luigi Pira

    La famille Pira est liée au territoire de Serralunga d’Alba, au cœur de la zone d’appellation du Barolo, depuis la fin du XIXème siècle. Dans les années 50, Luigi Pira convertit l’exploitation familiale à la viticulture : raisin et vin au litre sont alors vendus aux grandes maisons de la région d’Alba.

    Le chai opère un saut qualitatif au début des années 90, lorsque le fils Gianpaolo se joint au projet, modernise et agrandit le chai. Aujourd’hui, 3 crus de Barolo sont produits à partir des 12 hectares de vignes historiques de la famille Pira, étagées sur le prestigieux versant occidental.

  • Marco Carpineti

    Marco Carpineti

    En 1986, Marco Carpineti décide de quitter son emploi d’informaticien dans la fonction publique pour reprendre les rênes de l’entreprise familiale. Passionné, il s’est lancé le défi de faire croître l’exploitation, tout en en suivant sa philosophie de respect de la nature et du territoire.

    C’est pour cette raison qu’en 1994, il se tourne vers l’agriculture biologique et biodynamique et réintroduit l’utilisation de chevaux de trait. Les vignes Carpineti sont protégées par les monts Lépins, caractérisés par une terre douce et vigoureuse à la fois, produisant des vins sains, issus de cépages oubliés.

  • Mastrodomenico

    Mastrodomenico

    Installés le long d'une petite colline qui offre un panorama splendide sur les pentes du Mont Vulture, ancien volcan éteint, les 8 hectares de vignes (toutes consacrées au cépage Aglianico) des Mastrodomenico jouissent de conditions idéales qui en permettent la culture biologique : ensoleillement optimal, ventilation constante et grands écarts thermiques. La toponymie de la localité qui abrite les vignes est par ailleurs révélatrice de son sol riche en fer : Acquarossa.

    Né comme entreprise viticole il y a 5 générations, l'exploitation s'est dotée d'un chai de vinification en 2005, sous l'impulsion de Domenico Mastrodomenico, professeur en techniques rurales, originaire des Pouilles et venu rejoindre son épouse en Basilicate. Le chai est lui-même le témoin de la passionnante histoire de la région. Situé sur un tronçon de la Via Appia Antica, dans une zone autrefois peuplée par Grecs et Romains qui y initièrent la culture de la vigne, le village de Barile fut fondé par des migrants gréco-albanais fuyant les invasions turques et dont les habitations troglodytiques ont marqué le territoire. Ces niches creusées à flanc de colline sont aujourd'hui utilisées comme espaces de conservation ou (comme chez les Mastrodomenico) chais de vinification, car elles assurent une température et une humidité constantes tout au long de l'année.

    La maison Mastrodomenico opère aujourd'hui un passage de témoin à la nouvelle génération grâce à Emanuela. Si elle assista son père dans un premier temps pour le volet administratif et de la communication, Emanuela, diplômée en droit, prête désormais main forte également en vigne.

  • Meroi

    Meroi

    La maison Meroi fut fondée en 1920 dans le village de Buttrio par Domenico Meroi, arrière-grand-père de l’actuel propriétaire Paolo. L’activité familiale comprenait alors un chai et une trattoria, devenue aujourd’hui un restaurant gastronomique réputé. Durant la seconde guerre mondiale, l’armée allemande occupa les deux bâtiments de l'exploitation, exigeant que toutes les denrées leur soient fournies. Domenico réussit à cacher les meilleurs flacons dans un faux mur de la cave. C’est avec la même fougue que le fils Damiano promet déjà d’assurer la relève.

    Buttrio bénéficie d’un climat particulier dans la zone d’appellation Friuli Colli Orientali : il n’y fait jamais particulièrement froid et les précipitations abondantes, ainsi que le sol de marne, en font un terroir idéal pour la culture des cépages rouges, produisant des vins élégants et veloutés.

  • Miotti

    Miotti

    Suite à la disparation prématurée de son père, Firmino Miotti reprend très jeune la gestion des vignes familiales, sous la guidance de son grand-père. Très vite, il focalise ses efforts sur la sauvegarde de vieilles variétés de cépages en voie de disparition.

    La pomme ne tombant jamais loin de l'arbre, Franca, sa fille, devient sommelier en parallèle à ses études en sciences politiques. À peine diplômée, elle repart pour Bordeaux où elle s'inscrit à l'Ecole d'OEnologie. Franca suit aujourd'hui avec ferveur la philosophie de son père et est à la tête de diverses initiatives de promotion de leur terroir. Elle est notamment Vice-Présidente de la Route du Torcolato et des Vins du Breganze, où son chai est installé.

  • Muzic

    Muzic

    Ivan, Orieta et leurs fils Elija et Fabijan cultivent la vigne plantée par leurs arrière-grands-parents en 1927 à San Floriano del Collio, réputé comme les « Jardins de Gorizia ». Alors territoire de l’Empire austro-hongrois, le Collio porte encore les stigmates de la Grande Guerre et il n’est pas rare que la terre labourée rejette casques et obus. Le lendemain de la guerre s’avéra être une période critique pour la réhabilitation de la viticulture. Les Muzic optèrent pour les cépages autochtones, comme la Malvasia, dont certains ceps comptent aujourd’hui 80 ans. Le Collio, dont le consortium est le troisième plus ancien d’Italie, est en effet un territoire réputé pour l’excellence de ses vins blancs.

    La production Muzic a obtenu la certification Magis des vins durables ; la philosophie est de n’apporter à la vigne que ce qui est nécessaire, quand et où cela est nécessaire. Ainsi, la culture est exempte de désherbant. Quant à la vinification, elle a lieu dans la jolie cave du XVIème, épargnée par les destructions du conflit.

  • Paride Iaretti

    Paride Iaretti

    C’est de son père Pietro que Paride Iaretti a hérité la passion et le savoir du vin. Cuisinier de formation, il décide de consacrer sa vie à la vigne, à la fin des années 90. Ses 5 hectares sont étagés sur la colline de Gattinara à laquelle, fait très rare en Italie, l’appellation se délimite. Passionné de randonnée, c’est d’ailleurs sur cette colline qu’on pourra le trouver tous les dimanches.

    Jusqu’il y a peu, c’est la maison de ses grands-parents qui servait de chai de vinification ; une demeure trop étroite, contraignant Paride à revendre une partie de sa récolte à d’autres producteurs des environs. Depuis 2015, c’est dans un chai flambant neuf qu’il peut enfin déployer et agrandir sa production. Reconnu dans la région comme l’un des meilleurs producteurs, il a acquis sa réputation à force de volonté et travaille sans relâche à pousser la qualité de ses vins toujours plus loin.

  • Portinari

    Portinari

    A l'aube des années 80, fasciné par le travail du métayer en charge du petit vignoble familial, Umberto Portinari décide d'abandonner ses études de médecine pour se consacrer au travail de la vigne. Mais ce n'est que dans les années 90, après des années passées à produire du raisin pour le compte d'autres maisons, qu'il décide de s'essayer à la vinification sous sa propre étiquette.

    Aujourd'hui, c'est aidé par ses enfants, Maria et Silvio, qu'il cultive ses quatre hectares de terre, répartis en deux parcelles : Ronchetto et Albare.  

  • Tenuta Ebner

    Tenuta Ebner

    Florian Unterthiner et son épouse Brigitte cultivent leurs 4,2 hectares de vigne à flanc de colline dans le plus grand respect de la nature. La ventilation constante dont jouit leur positionnement leur permet en effet de n'utiliser aucun herbicide. C'est avec une incroyable humilité, qui contraste avec l'extrême élégance de leurs vins, qu'ils accueillent leurs visiteurs dans le domaine familial, chéri depuis trois générations.

    L'arrière-grand-mère de Florian avait vu juste lorsqu'elle demanda l'exemption de service militaire pour son dernier fils, qui aurait probablement gâché ses talents de viticulteur en poursuivant une carrière militaire à Rome. C'est ainsi une merveilleuse histoire viticole qu'il nous a léguée - pour notre plus grand plaisir.

  • Teresa Raiz

    Teresa Raiz

    Inspiré par Teresa Raiz, femme passionnée par la terre et le vin, Paolo Tosolini s’est lancé dans l’aventure de l’œnologie et de la viticulture en 1972, suivi par son fils Alessandro. Leurs vignes plantées à flanc de colline bénéficient d’excellentes excursions thermiques, donnant naissance à des vins de très belle facture, tant à partir de cépages internationaux que de cépages traditionnels frioulans.

  • Terre di Pietra

    Terre di Pietra

    Diplômée en comptabilité, Laura Albertini n'en a jamais démordu : elle serait devenue vigneronne. Son aventure a débuté en 2007 par la vinification, dans un petit garage, du raisin cultivé par son père. Puis, peu à peu, aidée par son mari Cristiano, l'entreprise s'est agrandie, allant de la location à l'achat de petites parcelles et passant ainsi de 1,5 hectare et 3.000 bouteilles à 4,5 hectares et une production annuelle de 18.000 bouteilles.

    Terre di Pietra fait référence au sol des vignes, constitué de strates de pierre très dure. Mais aussi à l'attachement de ses auteurs à leur terre. Pas étonnant, dès lors, que dès 2011 l'entreprise s'essaie à la biodynamie et que, depuis 2017, elle soit membre de VinNatur, la plus importante association italienne de producteurs de vins naturels. Des ruches ont de plus été placées au milieu des vignes pour favoriser la biodiversité.

    Initialement installée à Torbe di Negrar, sur les collines hautes du Valpolicella, l'entreprise s'est ensuite déplacée dans la localité de Marcellise di San Martino Buon Albergo, au cœur du Valpolicella.

  • Valentina Passalacqua

    Valentina Passalacqua

    Fille d'entrepreneurs dans le secteur du marbre, Valentina était prédestinée à une carrière managériale et suivit ainsi des études de droit et de gestion. Mais à la naissance de sa première fille, cette voie lui parut soudain trop étriquée. Elle décida ainsi d'opérer un retour aux sources et de se lancer dans la viticulture, choisissant d'abord l'agriculture biologique et évoluant vers la biodynamie à la naissance de sa seconde fille.

    Attachée à la nature, Valentina l'est tout autant au Gargano, ce promontoire rocheux qui s'élance sur l'Adriatique et aux pieds duquel elle étage ses vignes et son chai de vinification, entièrement alimenté par les énergies renouvelables, photovoltaïque et éolienne.

  • Vallis Mareni

    Vallis Mareni

    « Vallis Mareni » est la marque sous laquelle Giovanni Gregoletto produit la gamme « Ombra Prosecco ». La famille Gregoletto cultive et vinifie ce célèbre vin mousseux depuis 1600. Ils s’efforcent de trouver un équilibre entre la tradition (incarnée par le patriarche octagénaire Luigi) et l’innovation (portée par ses deux fils, Giovanni et Giuseppe).

  • Vigneti di Cantalupo

    Vigneti di Cantalupo

    Le chai Cantalupo voit le jour il y a deux siècles. Son histoire est intimement liée au territoire du Ghemme et à la famille Arlunno, dont la présence dans la région est attestée depuis le début du XVIème siècle. En 1969, l’appellation Ghemme est créée et Carlo Arlunno revisite le chai Cantalupo pour remettre la qualité au cœur de sa production.

    Toujours calme et bienveillant, Carlo est intarissable lorsqu’il parle de son domaine. Il peut passer des heures à détailler les formations géologiques qui ont mené à la constitution de ce terroir, dont il ne peut cacher la fierté.