Trentino - Alto Adige

Le Haut Adige (ou Südtirol, en allemand) est l'une des deux entités administratives de la région du Trentin-Haut Adige, divisée en deux provinces : celle de Trente, au Sud, de culture et de tradition italiennes, et celle de Bolzano (ou Bolzen), au Nord, aux pieds des Alpes, aux fortes influences germaniques.

 

Le Haut Adige s'enorgueillit de posséder l'une des plus anciennes histoires vinicoles du pays. Elle remonterait en effet à 700 av. J.-C. et aurait été implantée par les Étrusques. Les Romains, qui conservaient alors encore le vin dans des amphores de terre cuite et des outres de peau, y auraient découvert la conservation en tonneau de bois, un système hérité du peuple rhète (des Alpes centrales). La vigne était par ailleurs soutenue par des structures en bois, dont la pergola actuelle est une évolution. Les vins du Haut Adige bénéficiaient déjà d'une excellente réputation, apte à rivaliser avec le fameux Falerno de Campanie.

 

C'est cependant aux Romains que l'on doit l'expansion de la culture viticole dans cette région d’Italie septentrionale, en particulier grâce à la construction de la Via Claudia Augusta, qui facilita les échanges technologiques, ainsi que de variétés de vigne.  Sous le règne de Charlemagne, les évêchés et abbayes d'Allemagne méridionale se fournissaient en vins de la région, contribuant également au développement de la culture vitivinicole, jusqu'à ce que les invasions barbares y mettent un frein.

 

Il faut attendre le règne des Habsbourg pour à nouveau y voir fleurir la vigne, mais entre-temps, les monastères francs et bavarois avaient commencé à produire leur propre vin pour la liturgie. Malgré cela, les moines bénédictins du Haut Adige jouèrent un rôle considérable dans la sauvegarde du patrimoine viticole local, en maintenant la production de variétés autochtones. Les ecclésiastes des quatre coins d’Europe eurent l'honneur de les (re)découvrir lors du Concile de Trente (milieu du XVIème siècle), ce qui contribua à fonder leur notoriété. C’est enfin sous l’impulsion des familles de vignerons, au XIXème siècle, et puis des coopératives de producteurs, au XXème siècle, que la production et la vente de vins de la région s’est amplifiée. Cette tradition de coopératives fleurit encore aujourd’hui : elle constitue 70% de la production vinicole de la région.

 

Le territoire vitivinicole du Haut Adige est très particulier : une surface plantée réduite (de moins de 5.300 hectares, constituant moins d’1% de la production vinicole italienne) divisée en très petites vignes (de surface moyenne d’un hectare) de terroirs très différents, situées entre 200 et 1.000 mètres d’altitude et connaissant de zones climatiques également divergentes. Néanmoins, étant étagées sur le versant sud des Alpes, elles bénéficient d’une exposition optimale, tout en étant protégées des vents plus froids du Nord. Cette orientation participe grandement à différentier la production vinicole de celle du Tyrol autrichien, dont le climat est plus rude.

 

A peine une vingtaine de cépages y est cultivée. Une telle diversité sur un espace aussi réduit contribue à faire des vins du Haut Adige des produits d’exception.

 

Le Haut Adige possède huit appellations d’origine contrôlée, ou DOC :

1. Alto Adige

2. Alto Adige Colli di Bolzano

3. Alto Adige Meranese (ou Colline di Merano)

4. Alto Adige Santa Maddalena

5. Alto Adige Terlano

6. Alto Adige Valle Isarco

7. Alto Adige Val Venosta

8. Lago di Caldaro

Recherche (4 produits)

Prix

20€ - 30€

Occasion

Accords

Style du vin

Vignerons

Appellation

Cépage

Contenance

0 L - 1 L

Millésimes

2012 - 2017